Une place à la table du Seigneur

J’ai remarqué que certains membres d’église ne participent pas aux ordonnances du lavement des pieds et de la Cène. Que pouvons-nous faire pour les amener à y participer ?

Ceux qui ne se conforment pas aux ordonnances de la Cène s’en abstiennent sans doute pour plusieurs raisons – dont un manque de compréhension de leur importance pour la vie chrétienne.

1. Le Lavement des Pieds : Lorsque Jésus lava les pieds de ses disciples, il démontra concrètement le but même de son ministère : il était venu non pour être servi, mais pour servir. Sa vie, toujours dépourvue d’intérêts égoïstes, était consacrée au service désintéressé envers les autres. Par la cérémonie du lavement des pieds, il appela ses disciples à mettre de côté l’égoïsme et à devenir semblables à lui.

Alors que ses enfants se remémorent son amour au cours de cette cérémonie, le Christ est particulièrement présent par l’Esprit. Chose surprenante, ceux qui participent au lavement des pieds ont, selon Jésus, déjà été purifiés et n’ont besoin que d’avoir leurs pieds lavés (Jn 13.10 ; 15.3). Sur le plan théologique, ils ont été couverts par la justice imputée du Christ. Or, lors du lavement des pieds, cette expérience initiale de la vie chrétienne s’étend aux péchés commis apprès le baptême. C’est alors que le Saint-Esprit parle tendrement à notre cœur, nous invite à la contrition et à la repentance, et nous donne l’assurance absolue du pardon de nos péchés. Cet important service renforce la vie spirituelle et morale des croyants et les unit dans le service les uns envers les autres et envers leur sauveur.

2. La Cène : La Cène est le mémorial de la souffrance et de la mort sacrificielle du Christ. La vie des croyants peut être remplie de préoccupations quotidiennes au point où ceux-ci ont à peine le temps de réfléchir à leur vie spirituelle. Ne voulant pas être oublié, Jésus nous a laissé une ordonnance qui, si observée convenablement, gardera vivante à notre souvenir l’immensité de son sacrifice éternel et nous remplira de reconnaissance. Le Seigneur ne doit jamais être oublié, parce que sans son sacrifice rédempteur, il n’y aurait aucun avenir pour le genre humain.

Ceci explique l’association de cette cérémonie avec le retour du Christ. Des hauteurs de la croix, nous attendons avec impatience un avenir plus glorieux. Pour l’instant, lorsque nous nous souvenons de Jésus, l’efficacité du sacrifice se manifeste une fois de plus dans le cœur, l’imprégnant de la grâce et de l’amour du Sauveur. En nous attardant sur le calvaire et non sur nos imperfections ou celles des autres, les émotions sacrées du cœur sont éveillées et notre communion avec Christ s’approfondit. Par conséquent, passons davantage de temps à contempler l’œuvre expiatrice insondable du Christ ! La Cène est l’une des occasions où ceci se fait personnellement et collectivement dans l’unité de la foi et de l’amour.

3. Les Ordonnances : Pour les croyants, la participation aux ordonnances sacrées du lavement des pieds et de la Cène n’est pas facultative. Concernant le pain et le vin, Jésus a été très clair : ≪ Faites ceci en mémoire de moi ≫ (1 Co 11.24,25). Quant au lavement des pieds, il a dit : ≪ Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. ≫ (Jn 13.15) Ce commandement exige que nous imitions l’exemple de Jésus. Ne pas participer aux ordonnances révèle que l’on n’est pas disposé à bénéficier de la communion éternelle avec Christ (v. 8).

C’est là une question sérieuse ! Le sabbat est un mémorial de la création établi par le divin Exemple, et nous l’observons avec joie. La même chose s’applique pour les ordonnances. Ceux qui, parmi nous, sont encore des pécheurs doivent participer à la cérémonie du lavement des pieds, puis s’asseoir à la table du Seigneur pour contempler sa grâce et sa beauté.

Date: 
8/18
Translation: